Modifié le

Union Rosnéenne d’Action Municipale (URAM)

Cette tribune est un espace d’expression attribué au groupe majoritaire du conseil municipal. Les textes (non corrigés), informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion.

Les 33 élus du groupe majoritaire.

Vos élus à votre écoute

Dans les ‘’revendications’’ de ceux qui manifestent depuis plusieurs semaines il y en a une que je souhaiterais évoquer car elle me semble profondément injuste et en même temps alimentée par le comportement de certains.
Je pense à l’accusation des élus d’être soit des pourris, soit sourds aux revendications qui,en plus, seraient trop payés.
Je ne m’attarderai pas sur les dérapages qui ont concerné une infime minorité mais qui ont discrédité une grande majorité.
Je ne reviendrai pas non plus sur les indemnités des élus et notamment les élus locaux, il suffit de ramener le montant (consultable par chacun)au nombre d’heures de disponibilité pour se rendre compte que ce dernier est bien inférieur au taux horaire du smic. Mais les élus ne l’évoquent que très rarement car ils ont fait le choix de s’engager pour les habitants. Ils ont fait le choix de donner de leur temps pour leur ville ou leur circonscription et nombre d’entre eux sont disponibles à chaque instant, prêts à répondre aux impératifs de la fonction.
Je souhaite en revanche revenir sur le manque d’écoute des élus locaux à l’égard de leurs administrés.
Il s’agit, bien sûr, d’une totale contre vérité pour la majorité d’entre eux qui sont présents sur le terrain, vivent dans leurs villes et se font interpeller régulièrement par leurs administrés. C’est d’autant plus vrai pour des maires qui comme Claude Capillon organisent régulièrement des réunions publiques. Imaginez tout de même qu’il en a tenu pas moins d’une centaine en 2018. Si vous multipliez cela par l’action des autres élus de l’URAM, les chiffres explosent.
En revanche il est du devoir des élus de se poser les bonnes questions et d’envisager les contraintes pour mieux les dépasser, de s’entourer des meilleurs experts et bien sûr d’être à l’écoute des différentes parties pour la mise en oeuvre d’un projet.
Prenons par exemple le “plan vélo” présenté parla majorité lors du dernier conseil municipal. A en écouter certains, du jour au lendemain il aurait fallu mettre des pistes cyclables dans toutes les rues, sans concertations, sans prendre en compte la configuration de ces dernières donc sans prise en compte de la notion de danger. Vous me direz il n’y a rien d’étonnant, car ce sont les mêmes personnes qui roulent sur les trottoirs sans casque, négligeant par là même le rôle d’exemple que les adultes constituent pour la jeunesse.
Ces mêmes moralistes qui estiment qu’il suffit de claquer des doigts pour réaliser un aménagement cyclable sans aucune considération pour les finances communales.
Le principal leitmotiv vient de la loi LAURE qui contraint toutes collectivités à aménager pour les vélos toute rue qui sera refaite.
Effectivement la loi recommande de faire en sorte que pour toutes rénovations il soit pris en compte la mise en oeuvre d’une facilité pour la pratique du vélo. Mais la Loi ne dit pas que l’on doit rendre dangereuse la pratique du vélo. Nous avons donc pris le parti avant d’élaborer et appliquer un “plan vélo” coordonné avec l’ensemble des acteurs de voirie. Il s’est agi de faire un état des lieux des axes de circulation en termes de configuration technique et de dangerosité. Bien évidemment, ce travail a été mené en concertation avec des usagers et les associations concernées. Le conseil local du développement durable a été associé à la démarche pour favoriser la participation de tous.
Il s’agit d’un exemple parmi d’autres d’une promesse tenue par l’équipe de Claude Capillon mais il confirme que nous disons ce que nous prévoyons de faire et faisons ce que nous disons.
Quand j’évoquai dans mon introduction le fait que certains par leur comportement alimentaient la méfiance envers les élus il suffit de voir les commentaires certains des élus d’opposition qui veulent vous faire croire que non seulement, l’équipe municipale n’est pas à l’écoute de ses administrés, mais qu’en plus elle gaspillerait l’argent public.
Les mêmes élus qui drapés dans leur dignité toute factice vont jusqu’à organiser leurs publications sur les réseaux sociaux pour donner à penser qu’ils assistent à certains événements(alors que personne ne les y a vu) en reprenant les photos de personnes elles réellement présentes. Cela relève d’ailleurs plus du charlatanisme que de la désinformation (définition du charlatan par le Larousse : Celui qui exploite la crédulité publique, en vantant ses produits, sa science, ses qualités).
Pendant ce temps les élus de l’URAM restent disponibles. Ils vous rencontrent, vous écoutent et prennent les meilleures décisions pour le bien-être de Rosny.

Didier Fort pour l’Uram