Modifié le

J’fais des trous…

… Des p’tits trous, encore des p’tits trous ? vous connaissez la chanson ? Vous en demandez encore ? Alors découvrez ce sujet fait de bordure, de cavité, d’absence et pourquoi pas de chute, de remplissage et de mémoire. En avoir ou pas, en faire ou pas, telle est la question à se poser avant de perforer, creuser, piocher, gommer trop brutalement. A travers lui, une vue. Après lui, des confettis. Et maintenant ? des livres, des dvd, des albums serrés les uns les autres sur la toile des dossiers thématiques !

« Etre trou ne pas être ? »

Documentaire adulte : Etre avalé par une baleine et autres façons de mourir, Cody Cassidy et Paul Doherty

Vous êtes-vous déjà demandés ce qui se passerait si vous étiez avalés par une baleine ou encore aspirés dans un trou noir ? Grâce à cet ouvrage scientifico-ludique, Paul Doherty et Cody Cassidy vous proposent de découvrir les phénomènes scientifiques à l’œuvre au moment de morts les plus absurdes (et atroces) les unes que les autres. Avis aux amateurs de science et d’humour noir !

 

 

 

Documentaire adulte : Anish Kapoor, Homi K. Bhabha

« L’artiste creuse-t-il dans son subconscient pour créer ? L’œuvre est-elle une ouverture vers la psyché de l’artiste ? Le néant est-il en bordure de l’infini ? » Voilà les questions qui ont dû distraire le malheureux visiteur du musée d’art contemporain de Porto qui est littéralement tombé dans une œuvre de l’artiste Anish Kapoor. Cette installation, « Descent into the Limbo », est en fait un trou noir de 2 m de profondeur. Depuis cet accident, elle n’est plus accessible au public et est condamnée à l’éternelle vacuité. Anish Kapoor est coutumier de ce type d’œuvre : cavité géante dans laquelle le visiteur se fraye un passage, « vagin de la reine » sur les pelouses du Château de Versailles, miroir déformé et sculpture vertigineuse… Fort à parier que ce visiteur maladroit était seulement ébloui par les formes concaves et convexes environnant le trou noir… Une nouvelle forme de syndrome de Stendhal ?

Trous de mémoire

Roman adulte : Flora Banks, Emily Barr

Dans son cahier, sur des post-It ou sur ses bras, qu’importe pourvu qu’elle puisse écrire ! Les souvenirs, les actes, le peu de données que Flora possède se trouvent ici et là. Ecrits à la va-vite, sous le coup de l’émotion, déchiffrables mais pas toujours compréhensibles. Elle s’y cramponne de façon obsessionnelle. Mais comment faire autrement quand on souffre d’amnésie antérograde depuis ses dix ans ? Quand on ne fait pas la différence entre quelques minutes et une journée ? Quand le présent devient trou noir et que l’on se retrouve dans un corps en pleine confusion ?

 

 

 

DVD adulte : Memento, Christopher Nolan
Leonard Shelby, un homme souffrant d’une amnésie antérograde à la suite d’un traumatisme crânien, part à la recherche du meurtrier supposé de sa femme, un certain John G.. Avec l’aide de Teddy et de Natalie, il croit avoir retrouvé sa trace et décide de se venger en le tuant. Mais l’assassin n’est pas celui qu’il croit…
Premier succès de Christopher Nolan (trilogie Dark night, Interstellar, Inception,…), Memento est entièrement construit autour du « trou de mémoire » : Leonard Shelby, ne se souvient plus de rien dès qu’il a quitté un lieu ou un personnage. C’est pour cela qu’il porte toujours avec lui un appareil polaroïd, pour remplacer sa mémoire défaillante par des traces tangibles qu’il pourra décrypter plus tard. De même qu’il porte sur son corps des tatouages rappelant des phrases et des faits essentiels de sa vie. D’ailleurs, l’une des particularités du film est qu’il alterne des scènes en noir et blanc et des scènes en couleur, les premières suivant un ordre chronologique et les secondes, montées dans un ordre chronologique inversé. Jouant sur les absences de Leonard, Nolan plonge le spectateur dans le même état d’amnésie que le personnage. Au fil du récit, le public et Leonard comblent les trous afin de résoudre le meurtre et de trouver l’assassin…

Faire son trou

Documentaire adulte : Paris secret. Carrières et catacombes, cimetières et cryptes…

Saviez-vous que le sous-sol de Paris était tel un gruyère plein de trous ? Dans Paris secret, vous apprendrez l’existence de fondations exceptionnelles sous certains monuments parisiens parmi les plus connus (Tour Montparnasse, Sacré cœur, les Halles, le Carrousel du Louvre). Construits sur des anciennes carrières dont l’origine remonte souvent aux romains, ces colosses ont eu besoin au moment de leur construction ou de leur rénovation du creusement de trous pour y installer des piliers parfois aussi hauts que les édifices eux-mêmes !
Au 20ème siècle, le développement très rapide des réseaux souterrains pour les transports (Automobile et trains, RER et métros) a fini de transformer le sous-sol parisien en un royaume de trous. Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous…

 

DVD adulte : Les Evadés, Frank Darabont
1947, Etat du Maine : Andy Dufresne est condamné à deux peines de prison à vie pour le double meurtre de sa femme et de son amant. Envoyé à la prison de Shawshank, il survivra à l’enfermement et à la violence du lieu grâce à son amitié avec un détenu débrouillard nommé Red, et son acharnement à vouloir prouver son innocence. Face à l’injustice dont il est victime, Andy échafaude alors un plan : creuser un tunnel et s’évader loin des murs de Shawshank…
Inspirée d’une nouvelle de Stephen King, « Les évadés » est probablement une des adaptations les plus connues de l’œuvre du maître de l’horreur. Echec commercial lors de sa sortie aux USA, il a aujourd’hui le statut de film culte et le duo Tim Robbins (Andy)/Morgan Freeman (Red) une des amitiés cinématographiques la plus belle et iconique.
Si le film est un classique aujourd’hui, c’est en grande partie pour son message humaniste et poétique. Le trou y joue un rôle extrêmement important : durant 20 ans, nous suivons Andy « faire son trou » dans la prison aussi bien socialement en devenant ami avec les détenus, les gardiens et même le directeur de la prison, mais aussi – et surtout – physiquement puisqu’il sera envoyé à maintes reprises « au trou » (en cellule d’isolement) pour clamer son innocence. Il finira par se faire justice lui-même avec patience et dévouement en se creusant une échappatoire : un trou dans le mur de sa cellule dissimulé par un poster géant de Rita Hayworth… Un petit bijou du cinéma, à voir et à revoir !

Documentaire adulte : 3 minutes pour comprendre l’univers de Tolkien

« Dans un trou vivait un hobbit. Ce n’était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d’une atmosphère suintante, non plus qu’un trou sec, sablonneux, sans rien pour s’asseoir ni sur quoi manger : c’était un trou de hobbit, ce qui implique le confort… » Ouvrage culte puis film culte, le Hobbit de Tolkien a marqué plusieurs générations de lecteurs. 3 minutes pour comprendre l’univers de Tolkien vous propose de découvrir (ou redécouvrir) l’œuvre et l’univers de J.R.R Tolkien. Divisé en trois parties (La vie de l’auteur, la littérature et la mythologie « Tolkien » et l’influence de Tolkien dans les arts et la littérature). Chaque double page se concentre sur différents éléments de la vie de Tolkien, ses œuvres, leurs adaptations ainsi que les grands thèmes évoqués dans ses œuvres, afin de vous permettre d’être un spécialiste de l’univers de Tolkien…en trois minutes !

 

Au fond du trou

BD jeunesse : Aubépine, de Karensac et Thom Pico

Joviale et espiègle, Aubépine est une petite citadine épanouie. Mais son ornithologue de mère doit trouver une solution à la prochaine grande migration d’oiseaux gigantesques qui risque de détruire entièrement un village campagnard sur leur passage. Pour cela, elle déménage toute la famille dans ce trou perdu. Aubépine s’y retrouve à la fois délaissée et déroutée dans un environnement qu’elle perçoit comme hostile ! Heureusement, au hasard d’une promenade, elle rencontre un chien-mouton (très laineux), espèce locale. Pelade devient son nouveau compagnon de jeu ce qui peut s’avérer pratique pour affronter les péripéties liées à l’apparition du génie Saligaud et à ses propositions de vœux à exaucer… Avec un trait rond et vif, cette BD propose une héroïne très enthousiasmante. La part de biscornu augmente au fil des pages sans que le lecteur en soi plus perturbé que cela ! L’improbable en devient savoureux tout en maintenant un bon suspens. En résumé, c’est enlevé, joyeux et farfelu à souhait.

 

Conte jeunesse : Diabou Ndao, Mamadou Diallo

Le corps contient plusieurs trous (on dit « orifice » quand on veut paraître savant). Et la bouche est peut-être le plus important d’entre eux. Prenez la petite Diabou Ndao ! Sans sa bouche, comment pourrait-elle déguster ces gnoules qu’elle aime tant ? Qu’elle aime au point d’ignorer le lion qui s’approche et qui, bien sûr, l’avale. Heureusement pour la petite fille, il y a d’autres trous dans le corps et son aventure ne s’arrête pas là !
Grâce à ce conte du Sénégal plein d’humour, nous découvrons une petite fille intrépide : non contente d’affronter le lion, Diabou décide aussi de prouver aux habitants de son village qu’elle est une petite fille sans peur (mais peut-être avec quelques reproches).

 

 

Livre – CD jeunesse : Moitié de coq, Pierre Delye

Ce conte randonnée traditionnel est jubilatoire pour les enfants. Outre le fait de rencontrer des personnages de plus en plus gros qui vont devoir rentrer (et cohabiter) dans le fondement de cette petite Moitié de coq et en sortir dans le même ordre quand il aura besoin d’eux (les enfants vont très vite le comprendre et l’anticiper), leur plus grand plaisir sera d’entendre dire par des adultes la formule : « Si tu veux voyager sans te montrer, rentre dans mon trou du cul et n’en bouge plus ! ». Et quoi de plus amusant et enivrant que de pouvoir la répéter, dire des gros mots dans un cadre donné avec la complicité d’un adulte bienveillant !
Un livre-CD un brin impertinent et plein de peps grâce à la musique rock around the coq des Biskotos et aux illustrations hilarantes de Ronan Badel.
A savourer d’urgence en famille.

Documentaire jeunesse : DE QUOI RIRE ? Olivier Mongin

L’été s’enfuit à grande vitesse. Le sable chaud sous la serviette de plage qui a accueilli votre douce torpeur estivale n’est plus qu’un lointain souvenir. Votre peau n’a plus ce petit goût si particulier dû au sel méditerranéen et votre bronzage, dû à Hélios, s’est déjà estompé. Vos yeux ne reflètent plus le turquoise de la mer mais plutôt ce bleu indéfinissable de la ligne B du RER. L’automne et sa pourriture s’annoncent et vous sentez arriver la déprime… Pour autant, vous n’êtes pas tout à fait au fond du trou mais juste au bord. Alors, il est temps de prendre les choses en main. Et de tenter de remettre sur ce visage déconfit, un sourire. Voire même carrément, de faire entendre un rire. Mais d’ailleurs, qu’est-ce que le rire ? Le rire est-il le propre de l’homme ? Sommes-nous des êtres capables du meilleur et du rire ? Voilà, nous y sommes, vous revoilà dans la course ! Si l’homme peut rire il est aussi capable de penser et réfléchir. Mieux, il peut penser le rire. Cette action qui renvoie à notre enfance, qui est liée à l’humour et qui tient du langage, nous connecte aux autres.
Ce livre de la collection chouette pensée ! qui synthétise les grands axes philosophiques autour du rire de manière tout à fait accessible, relance les rouages et allège la routine. La petite chouette qu’on retrouve au fil des pages éclaircit quelques termes et permet de remettre dans son contexte quelques notions. Du cinéma burlesque, aux grands penseurs, de la moquerie à la nervosité, le rire n’aura plus de secret pour vous et vous rappellera combien il est universel et réparateur. Et bon retour !