Modifié le

Qualité de l’eau potable

L’eau distribuée fait l’objet d’une surveillance extrêmement rigoureuse, qui nécessite des moyens importants, compte tenu de la taille des réseaux et de leur maillage.

Répondre aux exigences fixées par le Code de la santé publique

Une eau est dite « potable » lorsque sa consommation ne présente aucun risque pour la santé. En général, il n’existe pas d’eau potable à l’état naturel. Même si tout au long de son parcours elle se charge en sels minéraux essentiels à notre bien-être, elle intègre également des substances potentiellement néfastes.

C’est pour cela qu’elle doit être traitée et remplir de nombreux critères avant d’arriver à votre robinet.

Qui fixe les normes ?

Les directives sont fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour éviter tout risque sanitaire. Elles sont la référence en termes de sécurité pour de nombreux pays. L’Europe se fonde sur ces recommandations, mais chaque État peut décider d’être encore plus exigeant. C’est le cas de la France qui impose des normes plus strictes.

Quels sont les critères à respecter et qui contrôle ?

64 paramètres sont définis par le Code de la santé publique et font l’objet de limites et références de qualité pour les eaux distribuées. Parmi eux, les paramètres microbiologiques, pour garantir l’absence de germes ou d’agents pathogènes dans l’eau, des paramètres physico-chimiques, pour vérifier la température, le pH, la composition en éléments minéraux. Il existe également des paramètres organoleptiques, dits de confort, pour suivre la couleur, l’odeur et la saveur de l’eau. Des paramètres chimiques complètent cette liste, pour contrôler des substances indésirables, telles que les pesticides ou les métaux…

Les délégations départementales de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France contrôlent l’eau distribuée. Elles évaluent aussi bien la qualité de l’eau que l’état des installations de production, de stockage et de distribution. En parallèle, Veolia Eau d’Île-de-France, délégataire du SEDIF, assure un double contrôle en surveillant en continu la qualité de l’eau tout au long de son parcours, de la ressource au robinet du consommateur.

Rapport du 11 juillet 2024

Constat sanitaire : l’eau d’alimentation [est] conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés.

Liens