Publié le

215 sondes pour mesurer la qualité de l’environnement de chaque classe

À l’initiative, une mesure de précaution efficace contre la Covid-19 qui rassure enfants, parents et instituteurs. Mais la capacité de ces sondes va bien plus loin et sera essentielle pour construire les écoles de demain.

Lutter contre la Covid-19 en évitant un air trop confiné

L’aération des salles de classe a été dès le départ une recommandation forte dans la lutte contre la propagation de la Covid-19, en évitant la stagnation de l’air dans un espace clos. Pour appliquer au mieux les consignes sanitaires et répondre aux inquiétudes des enfants, des parents d’élèves, des personnels municipaux autant que de l’Éducation nationale, la Ville a lancé un grand chantier d’installation de sondes capables de mesurer finement la quantité de CO2 dans l’air.

La sonde présente 3 niveaux de concentration de particules de CO2 dans l’air :

  • Un niveau bon (vert) : 400 – 700 ppm (comprendre partie par million).
  • Un niveau de vigilance (orange) : 700 – 1000 ppm.
  • Un niveau d’alerte (rouge) : 1000+ qui correspond à une nécessité d’aération du local.

Pour référence, l’air extérieur a une concentration en CO2 de 400 ppm.

Technicien installant une sonde dans une école à Rosny-sous-Bois. Photo : Bertrand Guigou

À ce jour, combien de sondes ont été installées ?

151 sondes sont installées, sur les 215 prévues pour équiper chaque classe, soit un avancement de 70 %.

Le calendrier prévisionnel prévoit la pose de la totalité des sondes pour le mercredi 9 février 2022.

Par ailleurs, devant le succès des premières sondes, la Ville a commandé 50 sondes mobiles supplémentaires qui serviront dans d’autres espaces, comme les salles de sommeil ou les salles d’activités des centres aérés par exemple.

Humidité, luminosité, volume sonore… des données utiles pour préparer l’avenir

Grâce à ces sondes, nos équipes peuvent mesurer une multitude d’autres valeurs pour établir les conditions de confort des salles de classe de la ville. Les données comme la luminosité et le volume sonore peuvent informer sur la fréquence d’utilisation et l’intensité.  Les données d’humidité et de composés organiques volatils (COV) permettent de détecter d’éventuels problèmes de pollution des salles ou d’inconfort.

Ces données sont compilées et conservées sur une plateforme en ligne et nous permettent en temps réel de contrôler l’ambiance de toutes les salles équipées. Ces informations seront cruciales pour étudier à l’avenir les besoins réels et les quantifier. Nous serons alors plus précis dans la définition de nos besoins pour les futurs programme de travaux et de rénovation.

À terme, les installations de chauffage par exemple pourraient être asservies à des détections de présence pour réaliser des économies d’énergie. La ventilation est déjà adaptée aux mesures de concentration de CO2 dans les écoles les plus récentes.

La technologie du bâtiment évolue très vite, et Rosny-sous-Bois est déjà reconnue comme une commune ambitieuse pour la qualité architecturale de ses bâtiments écoconstruits. Avec ces sondes, nous avons mis en place les moyens de poursuivre cette exemplarité avec une vigilance accrue aux conditions d’études des Rosnéens.